mercredi 23 décembre 2015

La belle équipe


                                                             
Laurent Zahn 

Il enseigne le delta dans son école DeltaLab dans le jura suisse. Il est notre docteur carbone et photographe. Sa gentillesse et son sourire illuminent en permanence ses yeux bleu lagon. Sa théorie de l'évolution sexuelle chez les oiseaux trouve peu d'écho auprès de Louis le créationniste...

Yvan David

Directeur aux chemins de fer suisses, son sérieux l'a conduit tout naturellement à être notre chef sommelier. Contrairement aux trains suisses, son humour acerbe déraille fréquemment pour plonger vers les tréfonds de la gauloiserie la plus vile, pour notre plus grand plaisir.

Louis Mesnier

L'omniscient ingénieur toulousain, veille au grain, sait tout faire et explique tout avec sa grande expérience et sa modestie  légendaire. Toutefois l'explication de ses bourdes redondantes n'est pas toujours convaincante, mais on ne lui en veut pas car il sait aussi être un bon compagnon.

Jean Marie Varnier

Remorqueur. Avec ses quarante ans de delta il en impose. Il a tant d'histoires à raconter qu'on ne s'en lasse jamais. Il aime bien quand on le largue dans le rodéo des remorqués de Burgsdorf mais il aime aussi nous retrouver le soir venu autour de l'apéro. Et que dire ? Sans lui que serions nous ?


Carlos Punet

Pilote de ligne, ancien pilote de chasse, c'est le topgun absolu. Il nous rejoint depuis vingt ans à caceres.   
Son credo c'est la ligne droite barre au ventre. Un vrai chasseur de records. Ici on l'a pris à notre table car c'est un bon compagnon qui ne refuse jamais le verre de pastis et son français est si yoli...

Votre serviteur

 Il faut un oeil averti dans cette équipe, pour recentrer les débats, pour recadrer Louis, pour arracher Jean Marie des bas fonds de Mariental, pour lancer les glides avec les suisses, pour inspecter les travaux finis...Bref rien que des qualités...

C'est fini pour nous, encore beaucoup de souvenirs forts...Bye bye Burgsdorf.





EL GRANDE CARLITO

Jeudi soir, la CFSPDI, sur le départ, prend en main la préparation de Carlos, car la météo du lendemain semble prometteuse...
Les coachs se succedent pour des séances de méditation...

Un peu d'exercice de respiration cadencée à l'aide d'un appareil dernier cri : le sniff namibien excellent
pour affronter les hautes altitudes...


Louis lui fait travailler l'hydratation musculaire indispensable lors des longs vols...


Il juge bon de se passer de la séance de relaxation que nous avions prévue à minuit sur le pad...
Et nous finissons par un peu d'exercice d'équilibre...


Le lendemain: 410KM en aller retour...RECORD DU MONDE...

Chapeau l'artiste et...merci le coaching CFSPDI.

photos par Laurent


mercredi 16 décembre 2015

Very bad trip definitiv...

Aujourd,hui, Louis nous fait un Caceres revisité...Corde d'overdive avec un nœud au bout, qui pendouille, accroche le dolly et crash horribilis...Bord d'attaque et cable arrière brisés, la Moyes est bonne pour la retraite. Louis s'en sort avec une tête de Mickey et deux heures plus tard nous sommes
rassurés sur son état quand, après sa première bière, il justifie, par sa genetique personnelle et ses théories fumeuses sur la sélection naturelle, le fait qu'il ne se soit pas fait trop mal....
Yvan et moi, après un bon départ, sommes déstabilisés par les nouvelles du crash et plus vraiment
dans le vol décidons de rentrer poser. Alors que nous sommes en approche dans un air relativement calme, Yvan à 500m de moi, percutant sans doute un dust se fait arracher la barre de contrôle et frôle
le tumbling...La peur de sa vie, dixit Guillaume Tell, il pose encore tremblant et décide de charger l,Atos dans le container... Ca sent la fin de partie...
Pendant ce temps, Carlito, sans reception radio, et qui fait ce qu'il dit tourne tranquillement son triangle accompagné de Marcel....
Tout finit bien.
Il va bien..

Une journée à Burgsdorf comme si vous y etiez, video de Tom le remorqueur allemand:
http://d3rd3i2xz0wkmj.cloudfront.net/38/87/vid--422573131-c2acd6e2-824d-4e86-9e63-4e9ae4650fb9-640x360.mp4

Mardi

Aujourdhui tout le monde vole, la radio crache du bavarois à tout va, nous décidons d'une balise au sud de Helmering, parti premier je pars seul dans des plafonds modestes, le vent est soutenu, ca avance bien et je tiens le rythme de Carlos jusqu a Helmering ou nous nous dirigeons sur la route sud, mais Carlos trouve le vent trop fort et me dit qu'il tourne ici meme, on fait 4000 et cap retour, sur les 30 premiers kilometres vent de face, il me met 10km dans la vue, trop fort le Carlito...Je vole seul et me fais quelques chaleurs dans les turbulences sous le vent des mesas, je finis en soaring sur la derniere, trouve  un gros vario et je rentre classiquement en suivant les bords du plateau, jamais une partie de plaisir avec 20km de vent de face. Yvan et Laurent trouvent le vol un peu turbulent et tournent à mi chemin. Tout le monde rentre au pad, le 200 AR suffit à mon bonheur, mais pas à Carlito qui ne s'arrete pas et va faire un point au nord et rentre avec presque 300k.Trop fort...


Lundi

Enfin un départ groupé de la CFSDPI...Sans Louis qui traine un peu au déco. On a prévu un point de virage à Betta à l,ouest, Yvan, Carlos et moi, mettons le cap direct sur la balise tandis que Laurent musarde un peu au dessus de la buvette de la C14, nous l,observons se sortir de son point bas avec maestria et il nous retrouve un peu plus loin sur château Duwisib. Apres un point bas,à mon tour, je
refait le plein sur les derniers reliefs avant Betta et retrouve Carlos sur les trois maisons du village, minuscule au milieu de la plaine majestueuse. Mes camarades arrivent à leur tour mais contrairement
à Carlos qui fait ce qu'il dit, à savoir un point au nord vers Sessriem, la CFSPDI ne fait jamais ce qu,elle dit et après un court échange avec Yvan nous décidons d'aller faire un point au sud . En chemin Laurent coupe pour assurer le retour. les plafonds sont moyens, mais ça marche je propose à Yvan d'aller tourner plus au sud mais pour son premier vol post lumbago, je le sens un peu defensif
et nous nous jetons sur le plateau pour un retour sans trop de soucis. Toute l'équipe se retrouve sur
le pad pour un posé sans vent ambiance qu'est ce que je fous la ? Laurent et moi réussissant l'appontage reglementaire grognements et ingestion de poussiére, seul Yvan pose comme un papillon sur une fleur...Joli triangle en forme de pelle à tarte pour nous alors que Carlos qui fait ce qu,il dit en fait un gros...

Yvan vu depuis le cockpit de Laurent

lundi 14 décembre 2015

Very bad trip 2



Le 13, le vent annoncé est assez fort de secteur ouest, plutôt nord-ouest  le matin et sud-ouest , plus classique en fin d’aprém . Assez peu de clients (5) pour nos remorqueurs vu que demain semble meilleur…

Les cadors (Carlos, Markus) s’envolent en premier et les prolos essayent de suivre. Marcel repose et ne repart pas avec un petit dégât à l’atterro. Je largue à 150m à peine, ayant décidé de revenir à la méthode kamikaze : se larguer haut dans rien ne sert à rien alors que  bas dans une pompe, ça fatigue moins le remorqueur et ça met dans le rythme illico presto !

Je traverse le pad les pieds parterre en serrant les fesses et enfin ça s’énerve en approchant du Swartrant. La dérive est forte et vers 3000m, j’ai 20 km/h de dérive nord-ouest. Une tentation de partir en distance libre vers Brukkaros et Keetmanshoop me traverse l’esprit mais depuis 2011, j’ai vieilli et je renonce en crabant  le vent pour me rapprocher de la C14. Une grosse demi-heure plus tard je suis en point bas in the middle of nowhere avec quelques atterros pierreux pas bien loin de la ferme de la soi-disant « Vallée heureuse », autrefois propriété de la mère de Bryan Padduick, à quelques kms de la C14 vers le km 24. Une jolie maison, 4 palmiers et des bâtiments agricoles en bon état apparent.

J’apponte dans un désert caillouteux, passe mes coordonnées à Opal et après 25 mn de marche pour rejoindre la ferme, je réalise qu’elle  est pratiquement à l’abandon avec deux jeunes gars qui s’occupent des chèvres et un portail cadenassé sur la C14 dont la clé est à Maltahöhe, chez le vétérinaire ! Toutes les tentatives de contournement du portail par la récup ayant échoué, on déclenche le plan Orsec et les deux jeunes  acceptent de faire le portage avec moi pour rapporter l’aile , soit plus de 6 km à pieds ! Ils ne le regretteront pas, mon taux horaire étant apparemment plus avantageux que celui de leur patron. En repassant à la ferme, on retrouve mes récupérateurs, Opal, Yvan et Laurent  en mode touriste (tongs dans les épines, appareil photo mais pas d’eau). Après encore plus d’un km de portage, on rejoint la C14 et le sauvetage se termine au Lisbon bar au carrefour avec la 824. Quatre litres de bière plus tard, on constate que la conduite d’Yvan s’est assouplie et on rentre à la maison on time pour le diner en comptant les springboks depuis la C14.

Tintin au Congo...

Au menu du soir, fait assez rare içi où la viande règne, du poisson pêché à Swakopmund et on l’accompagne d’un Chenin Blanc, un cépage qui n’existe plus chez nous.

Cavaliers sur la C14

Louis M

dimanche 13 décembre 2015

Very bad trip aux saucisses de Toulouse


Hier, vent soutenu d’ouest, un départ vent arriere s’impose, pendant qu’Yvan soigne son lumbago, nous mettons le cap sur Mariental, avec 38 kmh dans le dos, le paysage défile..
Jusque la tout va bien, notre chantre de la distance vent de cul boit du petit lait. Les paysages
verdoyants de Mariental arrivent très vite, et devant j’annonce que je maintiens le cap vent arriere en direction de Stampriet. Au km 160 je décide de breaker pour ne pas faire une recup trop longue à Jean Marie qui est deja sur la route avec Laurent qu’il a pris au passage...
 
Mariental
 
...Et à ce moment Louis s’annonce au km 140, jusque la tout va bien, ma récup arrive sur le pad grand luxe ou j’ai posé  et nous attendons de voir arriver notre champion du vent de cul. Après une longue attente, plus de Louis en radio, et beaucoup plus tard c’est au telephone qu’il s’annonce pose dans le sud ouest de Mariental....................
60km à craber en se croyant vent arrière ! Chapeau le spécialiste de la distance libre…Sa bourde nous coute 150km de piste pour le retrouver et le bbq du dimanche à Burgsdorf…Pour
Se faire pardonner il nous offre la bière dans le bar le plus mal famé de Mariental ou il finit
Par noyer son avanie en nous clamant ces fameux vers de Francois Villon : < Retournez ci, quand vous serez en rut en ce Bordeau ou tenons notre état > 

Du Mesnier grand cru…

vendredi 11 décembre 2015

Un peu de poesie dans ce monde de brutes


Birgit, la femme de Ralf Niederhof, fabrique des mobiles, sur lesquels, Louis, peu sensible à l' art, s'empresse d'accrocher ses chaussettes...

Grandeur et décadence du CFSDPI

 

Le mauvais temps nous a bouffé deux ou trois jours de vol dont on a profité pour aller chasser pacifiquement la girafe et le rhino.
 
Approche a pieds du rhino, courageusement abrités derriere JM le photographe...
 
 Le 9, les affaires ont repris de manière assez inégale.  Opal, vario en panne de piles (sic !),  a posé sur l’aérodrome d’Helmering dont il a le code. Yvan manque de peu son retour et pose sur la C14 et Louis fait un aller-retour de 65 km pas très ambitieux. Sur la route du retour, nous avons la surprise de découvrir un bar tout neuf...
 
 
Hier, la prévi météo nous annonçait des orages dès 15H00 et les déco ont commencé tôt, avant 11H00, sous la houlette de Carlos en chef de piste, qui ne volait pas après son 260 km de la veille et en attendant madame.
 
Yvan et moi retombons pour rupture fusible ou largage trop bas et après une  deuxième tentative, on abandonne. Opal et Laurent partent vers le sud en compagnie de quelques germains et attaquent bientôt le retour aux Tables (km 70) pour Laurent alors que  Opal ouvre vers l,ouest  et ,finit sur la C27 bloqué par l'orage.
 
Moment de solitude entre les eclairs au milieu de nulle part pour Opal..

Yvan enfourche car 1 car dés 14H00, on sait que le retour au pad sera mission impossible, les congestus fleurissant dans tous les coins. Plus tard, Toni2 (Roth) part aussi avec la car 3 de la Panzer Division  pour récupérer HP (Jean-Pierre en Franzose) , Ralf et Toni1 (Raumauf)

Quelques échanges de sms improbables plus tard, car ils arrivent parfois après leurs auteurs,  et un refueling  à Betta où, paraît-il le string de la pompiste a tapé dans l’œil de verre d’Opal et rebondi dans la figure d’Yvan mais j’ai peut-être pas tout compris vu qu’ils avaient fait rouvrir le bar rien que pour eux, ils rentrent au complet après avoir ramassé Reinhard sur la route d’Aus. Yvan qui s’est fait 320 km de récup a chopé un lumbago en essayant de ramasser le fameux string. Il en a pour trois jours.

 Betta sous l'orage

Aujourd’hui, vent d’ouest fort annoncé et effectif et seuls Louis et Carlos ont décollé.

Le premier finit minablement en dynamique sur les contreforts du Swartrant puis pose dans la pampa caillouteuse à 3 km de la piste. Le second va poser sur la route de Kalkrand en direction de Bitterwasser mais on ne sait pas encore pourquoi.

Demain sera un autre jour.

 

Louis ( nègre d'Opal)

mardi 8 décembre 2015

Les vacances de Papy J-M *


JM  a participé à toutes les  « vacaciones  en España » organisées par Défilevant  depuis 2007 prenant la suite de Sergio que nous avions usé jusqu’à l’os. Il a aussi  été de toutes les expéditions en Namibie depuis celle de 2008-2009, soit 5 au total. Comme il est retraité depuis quelque temps, il est apparemment assez disponible pour les virées au soleil. La neige, il l’a chez lui avant tout le monde..
Papy arrive à la plage de Burgsdorf


On ne sait plus l’âge qu’il a et d’ailleurs on s’en fout.  Il y a assez  peu de remorqueurs aguerris pour qu’on les exploite jusqu’au trognon  sans se poser de questions. De plus, les compétences  de celui-ci ne s’arrêtent pas à amortir les élucubrations  des pilotes qui lui courrent après avec ou sans volets…
Papy prépare  son parasol « La Mouette »…
…et reste dessous en tirant des cerf-volants.

Après  le pilotage toute en finesse, une compétence très appréciée de JM est l’organisation. Dans ce monde de bourricots ( © La Bourrougne) approximatifs dont nous tairons les noms tant la liste est longue, c’est une qualité essentielle à la survie de l’espèce…L’outil que vous avez oublié d’emporter se trouve forcément dans les caisses de JM. La procédure est simple : demander avant, utiliser et rapporter après,  et dans cet ordre sinon gare !

Last but not least, une grande qualité de JM qui est, par chance  pour les membres du CFSDPI,  encore un peu méconnue s’appelle le « Pont ». On ne parle pas de travaux publics ou de congés payés  mais de l’abréviation d’une potion magique jurassienne anisée que  nos amis d’outre-Rhin apprécient moins que le Jägermeister…ils ne savent pas ce qu’ils perdent !
 

Papy fait de la pub malgré la Loi Evin…
Pour des raisons évidentes de concision, nous n’avons pas pu évoquer  tout ce qui rend JM  aussi sympathique et séduisant aux yeux de tous et de toutes. En tous cas, on espère qu’il pourra nous accompagner encore longtemps dans nos aventures lointaines. On a même parlé du Brésil dans les bars de Maltahohé…
* Jean Marie Varnier
Louis

dimanche 6 décembre 2015

Namibie classique



Hier, quand je disais hier, c’était avant-hier car on rédige le soir dans les vapeurs du Pinotage, du Shiraz, du Chenin blanc et autres cépages  sud-africains, sans parler du  Rhum coca et du Gin tonic et on publie le matin à la fraîche.

Hier donc, belles conditions et le CFSDPI a des ambitions dantesques : aller à Betta, puis sur la route de Aus et retour par le Swartrant…!

La réalité fut mois brillante mais assez  intéressante. Les 4 membres non passifs  du club ont survolé le château Duwisib, puis Betta semblant hors de portée dans le bleu limpide du Namib, on a mis cap au Sud sur la 831 puis la C14 avec des demi-tours allant de huitante km pour Laurent à  seulement soixante pour le vilain flex de la bande.

Sur le retour, les douches étaient gratuites…mais  à plus de 4000 et les gouttes ne touchent pas toutes le sol, évaporées dans la descente. Laurent, docteur carbone pour le intimes,  n’aime pas se faire rincer. Du coup, il a mis les gaz, son aile est partie en flutter (mise en résonance)  et son vario a décidé de débarquer en allant polluer ce pays magnifique et peut-être écrabouiller quelque animal innocent…belle démonstration de son engagement écologique. Suite logique : il pose au km 40 !

Yvan, euphorique (soupçon de dopage), n’a pas ralenti assez tôt et se pose à la ferme de Forster  à 20 km au Sud du pad. Opal se pose au pad après une descente laborieuse (ça monte partout !) et après une demi-heure à essayer de descendre et l’orage approchant, je remets  le cap au Sud pour poser à Moreson en allongeant la finale pour ne pas déranger les rhinocéros…

Demain, la majorité devient germanophone mais on a plein de polyglottes comme Yvan, Carlos et d’autres qui vont assurer la traduction simultanée au sol et en vol.
Louis


 Après une descente laborieuse, mon Atos est sauvé d'une destruction certaine par deux allemands costauds qui passaient par hasard au pad...Ici seul, point de salut...

vendredi 4 décembre 2015

Rude journée à Burgsdorf

Hier, récup d’Opal et Marcel, le suisse allemand francophone de l’équipe sur la C14 et attéro roulettes de Marcel sur la C14, fermeture de harnais bloquée, une maladie endémique içi où la poussière est reine.


 
Alors que les premiers décollages allaient commencer, un gros dust nous est tombé dessus (OK, c’est pas le mot juste pour un dust…) du Nord-Est  derrière le hangar, pratiquement invisible et il a renversé la machine du Haut Doubs Ailes Libres malgré la présence de Jean-Marie et de Reinhart qui est un bavarois solide. Bilan : quille cassée et 3 trous dans la voile. On a pas molli pour autant et Tom, le remorqueur allemand a connu son baptême du feu, genre bataille de la Marne, en envoyant 6 remorqués en conditions standard « Burgsdorf pad ».

Fortunes diverses mais la journée étant belle, Opal et Yvan tournent des triangles plats de 210 bornes, Laurent se refait à moins de 100m et bricole en très grand local et Louis fait un AR de 150 et se remet une bournaille à l’attérro. Il est aussi intact que son aile et qu’avant-hier…et vous ne verrez donc pas une  photo de face pour si peu.

Des plafs à 5000 et seul Yvan est allé voir s’il s’agissait d’eau condensée ou des restes  du gin tonic qu’il a refusé de finir hier soir … Officiellement, il semble qu’on ne doive pas dépasser 4500 sans une espèce de clearance qu’on ne peut d’ailleurs pas demander.
Louis M
 
 Retour au pad par le sud

 Arrivée par le nord
 

jeudi 3 décembre 2015

Il va bien..Tribute to Marco S

















 Soyez rassurés, il va bien...Mais le bougre est économe et en plus de son zip de harnais, il y a laissé jean et slip, comme il n'en a pas de rechange, il est condamné à faire la récup des atos en tenue d'Adam...C'est rude comme dirait Guillaume Tell, surtout pour nous...Cet après midi, quelque part sur la C14...

mercredi 2 décembre 2015

Au boulot...

La CFSPDI au grand complet, après le premier vol consistant, tous rentrés à la meme heure sans s'etre vus en vol.
Apres quelques fusibles explosés, la palme à Laurent qui décolle trois fois, de beaux circuits (170+ pour Yvan) dans un ciel comme on les aime...
Et en cerise sur le gateau les bières que nous apporte Jean Marie à l'attero alors que nous admirons la bournaille que se met Louis devant nos yeux ébahis...Pour votre plaisir Laurent a pu saisir cet instant de grace...
Pour une fois Mesnier ronchonne de manière justifiée, cela nous change...


samedi 28 décembre 2013

Fin de partie

Coucher de soleil sous la pluie à Solitaire... Et retour à la civilisation en goutant une dernière fois les paysages somptueux de ce pays magnifique...

vendredi 27 décembre 2013

Jeudi, dernier vol

Roman photo de mon dernier vol en Namibie :

Je salue une dernière fois mon remorqueur Jean Marie, en me larguant à 3OOm dans une pompe peu puissante, et avec 20km de vent d'est je n'ai d'autre choix que de me laisser dériver très bas sur les 15km du game park...Les cums sont la bas à 20km mais j'y crois, d'autant que j'ai raté le vol d'hier...Je ne peux dépasser les mille mètres sol et pars en glide vers la C14 qui borde le parc à l'ouest.







Dérive sur le parc







J'y arrive à l'agonie à 200m sol, mais comme je suis en confiance, je me laisse glisser sous le vent de la piste, en finesse d'une petite zone posable.







Les cums à 8km








Je trouve le thermique et dans ma montée je sais que c'est gagné pour toucher les cums...                                                          
                                                                             






Les cums à 4km








Je me lance plein ouest sur la piste de Betta, et cette fois j'y suis...Bases à 4000.







Bingo








Je mets les gaz à fonds sous les cums joufflus et me retrouve très vite sur Betta farm, au km 60 je prends les premières gouttes sur la visière, je pars maintenant plein sud sans faire les bases tellement c'est bon...
A Sinclair farm je mets cap à l'est pour rejoindre Helmering, mais l'ombre du congestus devient énorme sur mon point de virage, au moins dix kilomètres de diamètre, des pilotes annoncent prendre des douches ici et la, je n'ai pas envie de prendre des risques inutiles et je fais demi tour, refranchis le col et décide d'aller à l'ouest, au désert...
Une petite piste part sud ouest rejoindre la route Aus, je la vise et m'engage sur les Tiras mountains.







Les Tiras








A partir de la,  je sais que mon vol va s'achever sur la petite piste, les cums disparaissent, les vieux sommets viennent à ma rencontre alors que je perds de l'altitude, je savoure ces instants magiques de mon dernier vol namibien...Le vent s'aligne face à moi, sur la piste et je pose à l'arrêt dans un paysage magnifique.


Pas un véhicule, pas un bruit, pas de réseau, pas de radio...Que du bonheur...

Bye bye Namibia...


Mercredi: Le remorqueur remorqué...

Jean Marie Varnier s'offre un vol en libre et le bougre choisit une très belle journée...Que je raterai pour un problème radio...Ce jour Yvan et louis se font un beau triangle par l'ouest.

mardi 17 décembre 2013

Lundi


Un lundi sur la planète terre...

Lundi aller retour pas facile sur la route nord sud en compagnie de Raumauf et Friedl.


Dimanche

Toujours le vent d'ouest, Yvan cire le township de Maltahohe en s'annonçant presque posé, mais la perspective de finir sur un tourne broche va le motiver suffisamment pour que je le retrouve dans son thermique et nous laissons le Mesnier sauvage dans son exercice favori de départ vent arriere très bas sur le plateau...Il finira à Mariental et nous lui ferons une récup première classe...

Une formation geologique etonnante sur la route de Mariental

Le lounge bar qu'Yvan nous a trouvé à Mariental...

Samedi

Reinarth Poppl à son premier vol ira creuser une profonde tranchée sur la C14 avec sa barre de contrôle avant de passer la niveleuse avec les genoux, mais la bete est solide...


Markus, un autre gros bras de l'équipe allemande...

Pendant ce temps je fais un aller retour au ras du plateau, ou j'arrive à tenir le rythme de Raumi...